Livres

Livres

karla.suarez.jpg

Déclaration du Jury du "Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-monde"

L’œuvre que le jury du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-monde a décidé d’honorer cette année, se situe dans la lignée de ces créations tendues vers un désir puissant : celui de redonner une juste place à des pays que l’on oublie souvent dans le concert disharmonieux du monde. Pays des limbes, pays des marges, mais pays qui n’en sont pas moins, de par leur très précieuse résonance humaine, le cœur vivant, le cœur battant.

Livres

saint-aubert-couv.jpg

« LES SAINT-AUBERT » : UNE SAGA MARTINIQUAISE AU XXe SIECLE


Voici un pari à première vue un peu fou : raconter l’histoire d’une famille martiniquaise sur tout le XXe siècle c’est-à-dire de 1900 à 1999. Ce pari, l’écrivain martiniquais Raphaël Confiant a décidé de le relever et vient de publier aux éditions ECRITURE le premier des cinq tomes de ce qui sera une véritable saga. Ce premier tome a pour titre « L’EN-ALLEE DU SIECLE » et met en scène une famille de descendants de « gens de couleur libres » qui s’est fait une place par le biais de la profession d’avocat dans le Saint-Pierre d’avant l’éruption de la montagne Pelée. L’auteur nous fait revivre l’atmosphère si particulière du « Petit Paris des Antilles », ses luttes incessantes entre Békés, mulâtres et nègres, ses journaux, ses duels, son théâtre, son activité portuaire, ses distilleries. Tout un monde renait sous nos yeux : le Morne d’Orange, les quartiers du Centre et du Mouillage, celui de La Galère où croupit la plèbe. Celui du Fort où règnent la classe blanche créole.
Livres

rhapsodie-jazz-pour-damas.jpg

Avant-propos : Léon-Gontran Damas fut, avec Césaire et Senghor l'une des
figures tutélaires de la poésie de la Négritude.

Encore méconnu du grand public
Damas est pourtant l'un des rares poètes francophones à avoir su restituer les
accents du blues américain dans la langue française (N.D.E)

Mamoune est la conteuse qui invite le lecteur dans l’univers de Damas, co-fondateur du mouvement de la Négritude, qu’elle a bien connu. Le poète y est présenté à Paris, avec Robert Desnos et Guy Lévis Mano ; on le retrouve à Cayenne, au moment d’une lutte politique aux côtés de ses amis René Jadfard, Auguste et Joséphine Horth.

 

Livres

couv.letang1.jpg

Cette livraison
de la revue
Archipélies réunit les communications présentées lors d’un
séminaire du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Lettres, Langues, Arts
et Sciences Humaines (CRILLASH) sur la créolisation culturelle qui s’est tenu
les 14 et 15 février 2011 à l’Université des Antilles et de la G{mosimage}{mosimage}{mosimage}uyane (UAG,
Schœlcher, Martinique) ; et aux textes exposés lors de cette rencontre ont été
adjoints trois autres articles sur le même sujet. Des chercheurs issus de
plusieurs disciplines traitent donc ici du concept de « créolisation culturelle
», en contribuant à sa déconstruction, à sa théorisation, à l’étude de cas
relevant de ce phénomène.

Livres

rc.syriens.jpg


Salle comble à ... Rue des Syriens !


Vendredi 7 septembre 2012, à la bibliothèque Schœlcher, Raphaël Confiant présentait son dernier roman «Rue des SYriens» (éditions Mercure de France) en compagnie du journaliste Adams Kwateh et de Georges Hajjar, commerçant d’origine syrienne.


Livres

confiant.syrien.jpg

Raphaël CONFIANT

à la rencontre de ses lecteurs de Guadeloupe.

 

Le 30 juin Raphaël CONFIANT sera présent en Guadeloupe pour la Présentation et la signature de son livre «Rue des Syriens». 

 

Il est prévu une séance de signature à la librairie JASOR et une conférence débat à SAINT-CLAUDE.

Livres

confiant.syrien.jpg

Raphaël CONFIANT célèbre l’épopée des Levantins à la Martinique 

"Wadi stationnait aux pieds du Christ-roi, tenant d’une main une valise fatiguée, de l’autre un journal avec lequel il tentait de se protéger de la férocité du soleil tropical. Tout autour s’agitaient marchandes de légumes, débardeurs, djobeurs poussant leurs charrettes à bras hétéroclites, chauffeurs de taxi-pays qui jargouinaient sans arrêt dans une langue pour lui incompréhensible. Il s’étonnait qu’ils fussent pour la plupart d’un noir d’ébène, hormis quelques visages couleur de miel. Soudain, un gamin rieur le tira par la manche : « La Syrie, tu vas fondre sur toi-même, oui ! Ha-ha-ha ! »"