Livres

Livres

jarre.jpg

Une réflexion sur le mystère de l’écriture et la condition de l’écrivain dans une culture dominée par l’oralité


 
«Augustin Valbon se mit à pelleter le sol humide, couvert de feuilles mortes, avec une énergie qui le surprit lui-même. Il buta d’abord sur des roches, énormes, qu’il dut enlever à la force de ses bras et qui roulèrent avec fracas dans la sombre ravine qui bordait l’endroit et d’où l’on entendait monter ces étranges vagissements des tiges de bambou lorsque le vent les frotte les unes contre les autres. Ce labeur épuisant dura un paquet d’heures jusqu’à ce que la pelle cogne quelque chose et lui échappe des mains. La jarre! La jarre de livres bannis! Augustin les voyait. Il pouvait admirer leurs tranches dorées, leurs couvertures en cuir qui ne portaient aucune inscription. Le jeune homme s’agenouilla devant le trou, tétanisé. Incapable de faire un geste.»

Livres

zouki.duranty.jpg

« Nul n’est prophète dans son pays » 


 
« Nul n’est prophète dans son pays » nous dit le dicton. C’est le propos que nous délivre Zouki. « Cette belle donzelle qui à son passage, vous peignait les yeux d’une couleur si spéciale ».


Zouki n’est-elle pas le bon outil pour comprendre notre difficulté à aimer les nôtres ?


Pourquoi faut-il que la reconnaissance des talents d’ici passe par la validation du sceau de l’ailleurs ?


Pourquoi ce goût immodéré pour un encensement post-mortem ?


Jude Duranty nous livre enfin son premier écrit en créole paru en français aux éditions Ibis Rouge en 2005 sous le titre « Zouki, d’ici danse ».

Livres
... Le Mapipi de la Créolité.

confiant4.jpg

 
Dans un article relatif à la destination Martinique, publié dans le Monde.fr du 30 juin dernier, un tour d'horizon historique, culturel et touristique de notre île a été brossé assez brièvement. Dans le rubrique "A lire", l'écrivain martiniquais Raphaël Confiant a été mis à l'honneur et, excusez du peu, présenté comme étant le "Garcia Marquez des Antilles Françaises".
Une note de reconnaissance et d'estime qui ne fait que confirmer l'immense talent littéraire de Confiant, comparé, jadis, à Honoré de Balzac. Mais l'oeuvre romanesque de Balzac, avec près de 91 romans, demeure une des plus imposantes de la littérature française et ce, malgré son décès prématuré à 51 ans.
Confiant a encore du chemin à faire mais, quoiqu'il advienne, il restera pour nous autres, Le Mapipi de la Créolité. LB.

Livres

archipelies1.jpg

Écriture et marginalité dans la Caraïbe :
de Saint John-Perse à Reinaldo Arenas 

par Raphaël Confiant, Corinne Mencé-Caster, Maurice Belrose

Onze contributions pour le premier volume d’une revue regroupant des travaux sur les textes des aires caribéenne et hispanophone. De l’incontournable et tant décrié Perse, aux œuvres de Carpentier ou Garmendia, les articles s’emploient à bousculer les perspectives et les horizons, et à saisir les lignes de force qui travaillent les littératures que l’on pourra qualifier d’excentrées…


Loin d’être un terme péjoratif si l’on en juge la singularité des œuvres étudiées et décryptées.  

Livres

antillesencolere1.jpg

"Les Antilles en colère"


par Simao Moun Wanakera 


La catastrophe politique du 10 Janvier 2010 quand 78,9% des martiniquais avaient voté contre "les intérêts propres de la Martinique au sein de la République française", avait validé l’orientation essentiellement matérialiste et sécuritaire de l’action collective exceptionnelle qui, un an auparavant, avait secoué le pays pendant 36 jours, du 05 Février au 12 mars 2009.

Livres

confiant4.jpg

« A 20 ans, j’ai eu le sentiment d’être devenu vieux »

Raphaël Confiant a été distingué par le prix 2010 de l’AFD (sur la photo, Michel Jacquier directeur général délégué de l'AFD) pour son roman L’hôtel du bon plaisir chez Mercure de France. Il était à Paris, mercredi dernier pour recevoir son prix. Rencontre avec un des pères de la créolité.

Livres

chf.jpg

"Athon MAS, le Grand Défi" en Conférence à PARIS

Patrick Karam, délégué interministériel pour l’Égalité des chances des Français d’outre-mer, Charles-Henri Fargues, auteur de l’ouvrage et Athon Mas, vainqueur 2008 du Tour de Martinique des Yoles Rondes ont le plaisir de vous convier à la présentation du livre « Athon Mas, le grand défi » et à échanger autour de l’engouement que suscite les courses de yole en Martinique.


Le Tour de Martinique des Yoles Rondes, embarcations légères à voile sans quille et safran, est le premier événement culturel et sportif de l’île.


Mardi 30 mars 2010 à 17h30 à la Délégation Interministérielle - Rue Oudinot à PARIS.

Livres

chfliv.jpg

Calendrier des dédicaces des auteurs d'Outre-Mer


Voilà le programme des signatures des auteurs de l'Outremer, dans le cadre du Salon du Livre de Paris. Cela se passera au stand la Librairie Générale JASOR (C 81) du "Village Outre-Mer"du vendredi 26 au mercredi 31 mars.


 
Plusieurs personalités de la littérature outremer seront présentes.


 
A noter, la séance avec Anique Sylvestre qui vient d'obtenir le Prix Raphaël Tardon 2009 pour son livre "Lowitt, la grenouille qui danse" chez Jasor Editions et celle avec Viktor Lazlo qui signera son premier roman "La femme qui pleure" paru chez Albin Michel.

Livres

drive.jpg

Nouvelles réunies par Gerry L’Étang
 
Gerry L’Étang, maître de conférences à l’UAG, vient de publier à HC Editions un recueil de nouvelles écrites sur le thème de la « drive », appelée encore « errance ensorcelée ».
 
Ont contribué à cet ouvrage : Alfred Alexandre, Auguste Armet, Jean-Pierre Arsaye, Dominique Aurélia, Jean Bernabé, Daniel Boukman, Nicole Cage-Florentiny, Raphaël Confiant, Fernand Tiburce Fortuné, Serghe Kéclard, Gerry L’Étang, Thierry L’Étang, Lévi of the Tik, André Lucrèce, Philippe Montjoly, Louis-Félix Ozier-Lafontaine, Roger Parsemain, Eric Pezo, Jean-Marc Rosier, et Marie Françoise Bernabé en tant que traductrice.
Livres
Prix Carbet : S'enfermer dans la littérature, non !


Sauver le livre, oui !

glissant.jpg

"Je me permets, pour ma part, d’intervenir dans ce débat à trois titres.

D’abord en tant qu’écrivain et donc personne directement concernée par le livre et son avenir ;
 
ensuite, en tant qu’ancien lauréat du prix (c’était en 1994 pour mon roman « L’Allée des Soupirs » qui justement a pour toile de fond les événements de décembre 59) ;
 
enfin, en tant que contribuable martiniquais puisqu’une aide régionale n’est jamais que la redistribution des impôts payés par les administrés.

Je précise que tout en n’étant d’accord avec Glissant sur à peu près rien__et surtout pas sur le créole !__, j’ai une sorte d’affection respectueuse à son égard. Ne serait-ce que parce qu’avec Césaire et Fanon, il est l’un des hommes qui ont fait que la minusculissime Martinique existe au plan mondial.  

Raphaël CONFIANT